Interview d’Acia Legras [Bordeaux, France]

Lucie : Quand avez-vous découvert la danse orientale et avec quel professeur ?
Acia Legras : J’ai eu la chance de grandir dans une famille d’artistes, fondateur du groupe folklorique de la Réunion, mon père musicien et magicien connu sous le nom de « Goldini », ma mère était danseuse, la musique et la danse était très présente chez nous. Cette double culture orientale et réunionnaise  a été un moteur dans ma vie de danseuse .
Je suis aussi attachée au folklore réunionnais avec le maloya, le séga qu’à la culture orientale avec son riche répertoire dont Abdel Halim Hafez ou Oum Kalsoum que ma mère écoutait en boucle. Petite  je m’amusait à reproduire les mouvements en regardant les cassettes de Samia Gamal, Fifi Abdou…. Nous étions souvent en tournée avec le groupe folklorique et c’est à l’âge de 7 ans ou j’ai eu ce déclic en regardant la troupe égyptienne de Port Saïd en Belgique dirigé par Ashraf El Eldeen. J’ai su à ce moment là ce que je voulais faire et cette idée ne m’a plus jamais lâchée ! Plus tard quand je me suis installée en France, j’ai voulu « apprendre » cette discipline et j’ai pris mes tous premiers cours chez Caroline Chatel à Bordeaux., un excellent professeur et une spécialiste de cette danse et de la culture égyptienne, qui m’a donné mes toutes premières bases.
Lucie : Quels sont les artistes qui vous inspirent ?
Acia Legras : Beaucoup d’artistes m’inspirent, pas systématiquement dans la danse orientale, je vais beaucoup voir d’autres spectacles de danse (classique, moderne, hip hop,..) des comédies musicales ; je suis très admirative du travail chorégraphique mais il est vrai que je suis très sensible à l’émotion que peut transmettre une danseuse, à son énergie et sa présence. En France nous avons la chance d’avoir un vivier de talentueuses danseuses et interprètes dont le sens artistique et scénique est incroyable ! Pour moi ma rencontre avec Rajaa Dussart a bouleversé mon approche de la danse, elle allie à la fois une technique impeccable et une réelle émotion.. Je me souviens encore la première fois que je l’ai vu dansé, j’étais totalement subjuguée et émue par ce qu’elle dégageait en dansant elle m’a transporté… Elle a cru en moi, et m’a soutenue. Cela m’a motivé pour me dépasser et grandir dans ma danse et pour cela elle restera toujours un modèle d’humilité, de talent et de professionnalisme.
Lucie : Pourquoi avoir choisit d’enseigner la danse orientale ? Qu’est ce que la danse orientale vous apporte au quotidien ?
Acia Legras : la danse orientale n’était pas un choix mais une évidence! Quand je danse  je ressens la LIBERTE..un mélange de sentiments différents, un lâcher-prise qui me déconnectent totalement ! et de pouvoir partager cela avec un public, de pouvoir transmettre et constater la progression des élèves , d’étudier avec des maîtres est tellement enrichissant, j’apprends sans cesse à leur cotés.
Je suis heureuse de constater que cet art est de plus en plus visible dans de grands théâtres en France et dans le monde entier au même titre que les grands ballets classique.

Acia Legras – Sharki

Lucie : Parlons maintenant de votre expérience au sein de Bellydance Evolution, .Comment ce sont déroulées les répétitions ? (le fait de travailler un grand projet avec des danseuses inconnues qui ne parlent peu être pas la même langue, côtoyer des stars, être dirigé par Jillina …)
Acia Legras : Je me suis préparée de manière très intensive avec un coach 1 mois avant mes répétitions sur place avec la troupe .en m’ imposant 7 h de danse par jour dont 2 h avec un coach 2 fois par semaine . je savais que le rythme  allait être très soutenue, et il était très important pour moi d’avoir une excellente condition physique et très bon mental pour cette aventure. Pour le mental, j’ai reçu tellement de messages de soutien de proches d’amis et de ma famille ! Tout cela m’a permis d’être à 10 000% dans mon aventure ! Toutes les chorégraphies sont envoyées par vidéo tout est extrêmement clair et précis dans les explications le rôle et les placements de chaque danseuses. Un professionnalisme à l’américaine ! Sur place avec la troupe nous avons alors pu faire les placements et perfectionner tous les petits détails chorégraphiques. Tout est pensé absolument tout ( planning des répétitions, préparation du matériel, attribution des rôles ..  ) le travail en amont est titanesque ( l’histoire, la mise en scène, la décoration, les costumes….) « The Dark Side of the Crown » est avant tout une histoire, et notre  rôle ne se résumait pas à exécuter une chorégraphie mais à la vivre…et à s’imprégner du personnage , d’une atmosphère, d’un contexte. Il y a des scènes dramatiques mais aussi très drôle c’est ce qui fait la richesse de ce show ! J’avais hâte de rencontrer toutes ces danseuses aussi talentueuses les unes que les autres venant des 4 coins du monde j’en connaissait quelques unes que j’avais rencontré lors de précédents festivals !!!J’étais heureuse de les revoir mais aussi de rencontrer de nouvelles amies. Évidemment de travailler avec de grands artistes comme Jillina, Heather, Kaeshi, Sharon Kihara, Louchia, Lauren, Danielo, Julian, Ozz est très impressionnant : ils ont tous une expérience artistique  très riche . Mais l’accueil a été tellement chaleureux et ce sont des artistes tellement humble et à l’écoute, nous avons été vite à l’aise, et il n’y avait aucune « différence » nous travaillions en un seul et même groupe : c’est cela la magie de la danse;-) J’étais déjà très admiratrice du parcours et de l’expérience de Jillina, mais je le suis encore plus maintenant après avoir vu et vécu cette aventure….elle est sur tous les fronts et reste disponible pour tout le monde, elle est extraordinaire !!!
Lucie : Comment se sont déroulés les spectacles et la tournée ?
Acia Legras :
Après une semaine de répétitions avec la troupe, nous étions tous impatients d’ y être et de profiter pleinement. Les spectacles se sont très bien déroulé, l’accueil du public a été à chaque fois très chaleureux. C’était un plaisir de pourvoir partager cela tous ensemble.
Lucie : Hormis la fierté d’avoir participer à un tel projet, que vous a apporté l’aventure de Bellydance Evolution ?
Acia Legras : Cette aventure m’a énormément appris, notamment sur le travail chorégraphique mais aussi sur la discipline , l’organisation et tout le travail en amont pour la création d’un tel événement. C’est une machine de guerre 🙂 ça m’a aussi permis de me remettre en question sur ma danse, le travail à fournir, et de travailler avec Jillina et de bénéficier de son expérience m’a fait énormément grandir !!! Aussi j’ai toujours aimé le travail de groupe qui est pour moi très enrichissant et de partager cela avec d’excellentes danseuses venant de pays différents, travailleuses, toutes motivées et qui ont la même rigueur et valeurs m’ont énormément plu.
Lucie : Quel a été votre plus beau souvenir lors de cette aventure ?
Acia Legras : j’en ai tellement c’est difficile…..  mais un des moments les plus marquant est le final à Vienne, on pouvait lire la satisfaction et le bonheur de toutes, heureuses d’avoir dansé ensemble et de concrétiser enfin ce pourquoi nous avons travaillé tant d’heures…
Lucie : Quels sont à présent vos projets pour l’avenir ?
Acia Legras : continuer ma route avec les même valeurs que m’ont transmises ma famille, et Rencontrer,  Apprendre, Aimer, Partager, Danser….VIVRE  en m’entourant des personnes que j’aime 🙂
Site internet d’Acia Legras

Acia Legras – Shaabi

© Photos : Emilie Véchambre Photographie

Articles récents

Commentaires récents

    Archives

    Catégories

    Méta

    lucie Écrit par :

    Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire